Actualités

DIETAL, le projet de reprise par les salariés dans le cadre d’une SCOP

Posté le : 24/12/2020

 

Après avoir été mise sous procédure de sauvegarde par le Tribunal de Commerce de Clermont-Ferrand, l’entreprise DIETAL, à Saint-Georges-de-Mons (63), a finalement été placée en liquidation judiciaire en novembre dernier.

Les offres de reprise pouvaient être déposées jusqu’au 11 décembre 2020.

Quatre repreneurs ont manifesté leur intérêt.

Ils ont ensuite été reçus le 11 décembre, individuellement, afin de présenter oralement leur motivation ainsi que leur projet et sa viabilité économique aux juge commissaire, mandataire social et liquidateur judiciaire.

Après un délai de réflexion, une amélioration des offres a été remise le mercredi 23 décembre 2020 à minuit pour une délibération finale le 29 décembre prochain, à 14 heures. 

76 salariés de DIETAL se sont positionnés pour une reprise sous forme de SCOP.

 

4 repreneurs et 2 stratégies opposées

 

Quatre structures se sont déclarées pour la reprise de DIETAL :

1.      Les salariés de DIETAL : Après une forte mobilisation suite au premier confinement, une équipe de salariés, de la Recherche & Développement à la fabrication, a uni ses forces pour contribuer au maintien de l’activité. Puis leur objectif a été d’élaborer le meilleur projet industriel afin de garder la maîtrise de leur outil de travail et mettre au point une stratégie de redressement de leur entreprise. Le choix des initiateurs du projet s’est rapidement tourné vers une reprise de Dietal sous la forme d’une coopérative détenue par ses salariés : une Scop. L’Union Régionale des Scop Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir analysé la cohérence entre le projet, la viabilité économique et l’engagement des salariés, a fait le choix d’accompagner le projet. Au final 76 salariés ont signé un bulletin de souscription de parts sociales, témoignant ainsi d’une adhésion forte à une ambition retrouvée.

2.      VELUM, fabricant d’éclairage professionnel implanté à Strasbourg depuis 1975. Avec un chiffre d’affaires de 24 M€ et 180 salariés, ce concurrent actuel de DIETAL est basé sur 2 sites de production de 25.000 m².

3.      ASSMANN, groupe de 9 sociétés multitechniques reprises à la barre de tribunaux de commerce, sur le marché d’enregistreurs de télécommunication depuis 1996, a simplement déposé une lettre d’intention.

4.      Marc DIETSCHI, fils du créateur de DIETAL qu’il a vendu au début des années 2000, toujours propriétaire d’une partie des murs, veut faire absorber DIETAL, jusqu’à lui ôter son nom, par SUNLUX. Cette dernière présente un résultat négatif, en 2017 et 2018, de plus de 800.000 € cumulés et est passé de presque 20 M€ à moins de 9 M€ en quelques années par des choix stratégiques hasardeux. Distributeur de produits DIETAL, M. DIETSCHI, actionnaire unique de SUNLUX, veut poursuivre le même modèle économique qui a conduit DIETAL au dépôt de bilan et sa propre entreprise à d’importantes pertes financières.

Au-delà des offres financières et de maintien de l’emploi, ce sont deux philosophies qui vont se confronter à la barre du Tribunal de Commerce. Pour ASSMANN et DIETSCHI, la poursuite du même modèle économique avec le maintien des mêmes actionnaires, voire de l’usine en Roumanie, est le socle du projet. C’est pourtant ce modèle qui avait fait subir à DIETAL une hémorragie de clients et de marges induisant un passif lourd et une première vague de licenciements en 2019.

 

Les salariés repreneurs en SCOP et VELUM, pour leur part, entendent renouer avec une stratégie industrielle française. Par contre, VELUM, dont le centre décisionnel se trouve à 600 km, aura une vision des enjeux du territoire forcément différente de celle de repreneurs vivant sur les Combrailles, maîtres de leur outil de travail et qui seront plus enclins à tout mettre en œuvre pour y pérenniser une activité essentielle.

 

Le futur de DIETAL repris par ses salariés en SCOP ?
Un projet national et international

 

Le projet des salariés consiste à prendre en main le nouveau destin du site de Saint-Georges-de-Mons pour faire de cette pépite industrielle un des acteurs majeurs français de la conception et de la fabrication de luminaires professionnels, désinfectants ou non, « made in France », de haute technicité, à diffuser sur la scène nationale et internationale dans le cadre d’une SCOP.

 

Une SCOP est une société commerciale comme les autres respectant plusieurs principes :

– Les associés d’une Scop sont majoritairement des salariés de l’entreprise.

– Les salariés qui deviennent associés s’engagent financièrement dans leur entreprise en souscrivant des parts sociales : au moins la moitié du capital social doit être détenu par des associés salariés.

– Lors des assemblées générales, les associés prennent des décisions selon le principe démocratique : 1 associé = 1 voix, quel que soit l’argent qu’il a immobilisé au capital social.

 

La rencontre d’autres dirigeants organisés en SCOP a rapidement emporté l’adhésion des repreneurs pour ce modèle dont l’une des vertus est de privilégier un ancrage territorial. L’Union régionale des SCOP Auvergne-Rhône-Alpes a, dès lors, soigneusement analysé la viabilité du projet industriel, les motivations des repreneurs et l’équilibre économique. Selon elle, le projet porté par les salariés réunit tous les ingrédients nécessaires. Parmi les 40 dossiers de reprise qui lui sont soumis chaque année, elle a ainsi pris la décision de venir en appui à celui de DIETAL.

 

Fort de l’expertise des collaborateurs en place, un nouvel élan pour un développement national voire international pourrait dès lors être impulsé. L’équipe est capable de gérer des produits complexes tant en matière de R&D, que de production ou de gestion.

 

Si le développement de l’activité dans la durée s’appuie, pour sa part, sur toutes les compétences internes, la complémentarité existant entre les repreneurs ayant une vraie expérience de l’entreprise est un atout essentiel. En s’engageant à titre personnel, grâce à l’accompagnement de l’URSCOP et de conseils spécialisés tels que Lamy Lexel, les  repreneurs se portent donc candidats à la reprise de l’entreprise DIETAL.

 

Dans cette optique, l’Union régionale a mobilisé ses partenaires financiers pour donner au projet les moyens de son ambition et pérenniser son activité. Si leur offre est retenue, les repreneurs salariés rejoindront un réseau qui a prouvé son succès à de nombreuses reprises, tant sur le territoire auvergnat (Librairie des volcans, Fontanille, etc.) qu’au plan national (Acome, Scopelec, Veyret Techniques Découpe à Romans, SET Corporation à Saint Jeoire). Ce réseau affiche un taux de pérennité de 72% à 5 ans, contre 60% pour l’ensemble des entreprises françaises.

 

Contact presse : Marie-Luce Bozom / 06 15 15 63 20

 

A PROPOS DE

DIETAL :

Depuis plus de 40 ans, DIETAL, industriel français basé à Saint-Georges-de-Mons (63), en région Auvergne-Rhône-Alpes, est le spécialiste de l’éclairage pour les professionnels.

L’avènement de la technologie LED a, par le passé, régulièrement conduit l’entreprise à adapter son outil de production pour accompagner ses clients sur un marché en constante évolution. DIETAL se positionne aujourd’hui comme l’un des acteurs majeurs européens de la conception et de la fabrication de toutes les solutions d’éclairage LED pour le tertiaire.

Avec 137 salariés en France et 210 en Roumanie, le groupe Dietal conçoit et fabrique des solutions d’éclairage pour les plus grandes marques du marché européen et est très actif à l’international avec près de 50% de son CA hors hexagone. DIETAL compte plus de 120 clients dans 50 pays et livre plus de 1 million de luminaires par an. L’usine de Roumanie est spécialisée dans les articles standard tandis que Dietal France se concentre sur les produits sur mesure de haute technicité pour s’adapter à toutes les demandes et à tous les marchés spécifiques.

L’entreprise a été vendue à deux reprises, depuis 2005. La stratégie industrielle des actionnaires étrangers de développement de produits standard, fortement concurrencés par les produits asiatiques et une délocalisation d’une partie de la production en Roumanie a fait subir à la structure une hémorragie de clients et de marges. Cette situation a induit un passif lourd qui a conduit à un plan de sauvegarde faisant passer le nombre de salariés de 210 à 140.

 

 

Le mouvement coopératif en France

Le mouvement coopératif constitue une part importante de la vie économique française.

Il a notamment joué un rôle majeur dans la constitution du secteur bancaire et de l’assurance puisqu’il est à l’origine du Crédit Agricole, des Banques Populaires, du Crédit Coopératif, du Crédit Mutuel et des Caisses de caution mutuelle. Il joue également un rôle important dans plusieurs secteurs économiques comme l’agriculture, la pêche et l’artisanat.

En septembre 2020, les sociétés coopératives et participatives (SCOP) représentent 596 entreprises en Région Auvergne Rhône-Alpes pour un effectif de 9.741 salariés, et 3.500 en France pour un effectif de 64.000 salariés (72.500 salariés filiales comprises), en progression, en nombre de 17 % et emplois de 19,5 % depuis 4 ans.

Le chiffre d’affaires consolidé des sociétés coopératives et participatives est de 5,9 milliards d’€ hors filiales et de 7,2 milliards filiales comprises en France.

Sur la Région Auvergne Rhône-Alpes, l’URSCOP, structure d’accompagnement des SCOP reçoit environ 300 projets par an dont 50 correspondent à des projets de reprise dans le cadre d’une procédure collective. Le travail d’audit économique, financier, stratégique, organisationnel les conduit à en accompagner qu’entre 1 à 4 par an. En région, le taux de pérennité constaté est de 72% à 5 ans. Le statut de SCOP (société coopérative et participative) retenu par les porteurs du projet possède certaines particularités légales :

·         Les sociétés coopératives sont des sociétés à capital variable afin de faciliter leur évolution,

·         Leur fonctionnement repose sur le principe une personne = une voix,

·         Elles bénéficient d’un statut fiscal particulier lié à l’impartageabilité de leurs réserves. La répartition de leurs résultats profite principalement à l’entreprise et ses salariés.

 

DIETAL, le projet de reprise par les salariés dans le cadre d’une SCOP