Actualités

Le soutien des clients au projet de reprise de DIETAL par les salariés dans le cadre d’une SCOP

Posté le : 30/12/2020

[DIETAL] Après de longues semaines de préparation, ce 29 décembre a marqué une étape majeure pour les salariés repreneurs de DIETAL, à Saint Georges de Mons.  Au cours de l’audience, sur les trois dossiers présentés, deux projets industriels locaux sont en concurrence : Dietchi/TTH et le projet de SCOP.

Les leaders de ce projet coopératif ont justifié le repositionnement de DIETAL, tel qu’ils veulent le mettre en place dans une perspective de 2 à 3 ans, par le soutien manifesté par plusieurs clients actuels, acteurs incontournables du marché.  Selon ces derniers, cette réorientation stratégique est non seulement logique et partagée mais, surtout, elle est la seule voie possible de demain.

Le projet des repreneurs, expliqué aux partenaires et clients historiques, durant toute la phase de préparation, ne perturbera pas les relations existantes, quoiqu’en disent les tenants du statut quo. Au contraire, il suscite de l’intérêt de l’envie de collaborer et commercer.

Enfin, l’évolution stratégique au cœur du projet des salariés Repreneurs ne sera ni immédiate, ni brutale, ni même intégrale. Cela signifie que l’activité OEM sera conservée mais, seulement, pour les produits à plus forte marge.

C’est pour cela que nombre de partenaires et clients se sont publiquement exprimés afin de nourrir le dossier qui a été déposé dans le cadre de la reprise.

Le PDG Managing Director de TRILUX, acteur n°2 en France et n°1 en Allemagne précise, entre autres, que : « … Votre seule issue est donc un positionnement intelligent et le maintien d’un équilibre entre vos clients OEM et votre activité en direct sur le marché. C’est en cela que votre projet de SCOP est motivant. C’est bien entendu un modèle que je plébiscite mais c’est aussi le projet qui met la gouvernance de l’entreprise entre les mains d’hommes et de femmes qui savent, mieux que personne, comment réaliser cet équilibre et qui ont établi, au cours des années, une relation de confiance avec leur clients OEM ». Le dirigeant va même plus loin en précisant avoir «  exprimé ma disposition à repenser la décision de blacklistage de DIETAL…. Ni un projet purement OEM qui, à mon sens, n’a pas d’avenir économique, ni la prise de contrôle direct ou indirect par une marque française concurrente qui fausserait la relation ne seront plébiscités par TRILUX France…. »

« …. Vous m’avez expliqué le projet de reprise par les salariés que vous portez » évoque pour sa part le PDG de Paris Lighting, groupe qui apporte des affaires spécifiques particulièrement valorisantes pour DIETAL. Son témoignage est factuel et concret en termes de commandes : « C’est courageux et porteur d’espoir pour votre entreprise au savoir-faire reconnu. Vous connaissez très bien notre entreprise de solution et de matériels en éclairage. Par la présente, je souhaiterais vous apporter tout mon soutien et vous conforter de nos choix de produits pour le futur siège de l’ONU de l’Afrique de l’Ouest et, indirectement, le nouvel aménagement du Technocentre Renault de Guyancourt. Au-delà de ces deux opérations d’envergure, nous ne manquerons pas de vous solliciter davantage afin de participer à l’essor de votre renouveau ».

D’autres, à l’image du gérant de Metal Light, client important de DIETAL, s’inscrivent pleinement dans le projet des repreneurs salariés : « Vous m’avez fait part de la situation de la société DIETAL et de votre intention de reprendre celle-ci avec les salariés de DIETAL. J’ai bien entendu vos motivations. Aussi, je suis prêt à vous renouveler ma confiance. La semaine prochaine, nous vous passerons la commande de l’affaire de 50 Montaigne d’un montant d’environ 170 K€ à livrer au premier trimestre 2021. Je souhaite que votre projet aboutisse afin que nous puissions coopérer encore longtemps ».

Ou, encore,  le Président de Sylvania France et General Manager Sylvania Southern Europe, acteur leader du marché, qui s’exprime en toute connaissance sur le projet du collectif et le soutient dans un message très positif : « En tant que partenaire de longue date, je connais la valeur de DIETAL et de son site industriel de Saint Georges de Mons. Vous m’affirmez votre projet de reprise de l’entreprise par ses salariés. J’espère sincèrement qu’il pourra aboutir. Sachez que nous continuerons à étudier avec bienveillance toute opportunité de collaboration qui pourra se présenter à l’avenir. Vous souhaitant bon courage et bonne réussite dans votre aventure ».

« Les difficultés que vous traversez sont intenses et la RES que vous envisagez est une approche courageuse qui, nous le souhaitons, permettra à Dietal de poursuivre sous une nouvelle forme juridique mais avec les mêmes compétences qui nous ont jusque-là intéressées » abonde  SERMES, sous la plume de son responsable achats. Acteur incontournable sur le marché des luminaires et, plus particulièrement, des UVC, il rajoute que « … bien que conscient de vos difficultés, nous avions, à ce stade, d’ores et déjà décidé de maintenir une part importante du catalogue 2021 orientée vers les produits que nous avons en commun. Nous vous souhaitons une pleine réussite dans cette ambitieuse démarche car votre réussite participera à la nôtre ». 

Preuve d’un soutien sensible, l’engagement de commande d’un acteur comme MICHELIN qui s’inscrit dans le projet que les Repreneurs lui ont présenté. « Conformément à l’échange que nous avons eu hier, je vous confirme par ce mail l’engagement de l’entreprise MICHELIN d’assurer la présence de vos produits dans l’espace achat du nouveau bâtiment d’accueil du siège social de l’entreprise. Nous espérons vivement que cette action vous aidera dans vos démarches de pérennisation d’activité et permettra de mettre en visibilité le savoir-faire de vos collaborateurs. De fait, via notre entreprise, vous aurez une commande courant Janvier 2021 ».

La dimension partenariale est également un angle essentiel. Elle est ici mise en exergue par le Directeur Général de Trato-TLV,  un acteur majeur qui réalise 50 M€ de chiffre d’affaire, comme leader dans l’éclairage, notamment du secteur hospitalier et de la santé et celui du retail : « Nous voulons vous renouveler l’intérêt que nous portons à votre projet en saluant le courage dont vous faites preuve pour reprendre les rênes de cette entreprise. Nous restons persuadés que le développement de nos deux entreprises peut passer par la mise en œuvre de nos projets collaboratifs… Dans un modèle OEM à 100%, TRATO n’avait que peu d’intérêt à travailler avec vous puisque nous disposons de nos propres usines et la stratégie de vos anciens actionnaires n’étaient pas favorables à un partenariat. Dans le schéma de retournement que vous souhaitez entreprendre, nous avons bien compris les différents sujets lors de notre réunion. Ces axes semblent intéressants, pourraient être rediscutés ensembles et étudiés pour être mis en œuvre, si toutefois vous remportez ce beau projet de reprise. Vous l’avez compris, nous vous soutenons dans votre projet de reprise de DIETAL ».

Par contre, pour d’autres, l’arrivée d’un repreneur concurrent serait rédhibitoire dans la poursuite d’une collaboration avec DIETAL.  Le General manager de  Performance In Lighting exprime sa parfaite compréhension du projet et son adhésion en ce sens : « …. je peux comprendre que votre société a besoin d’étendre son offre sur les différents marchés et, ce, même, avec votre propre marque. C’est évidemment dans le respect de la clientèle historique avec laquelle vous entretenez un partenariat. Je ne mets pas en doute que vous pourrez gérer ces deux types de distribution ». Mais il met aussi en avant le risque qu’il y aurait, pour lui, de voir DIETAL entre les mains de ses concurrents et pas de ses salariés : « Par contre, j’ai entendu que DIETAL pourrait tomber entre de mauvaises mains vis-à-vis de notre business. Vous devez comprendre qu’un nouvel actionnaire concurrent historique de Performance In Lighting empêcherait toute continuité d’affaire entre nos deux entreprises. Si mes informations sont correctes, je ne vois pas d’un bon œil notre avenir avec vous s’il y a une reprise par les deux sociétés qui sont dans la course pour vous absorber. J’espère avoir de bonne nouvelles dans les prochains jours ».

En définitive, le Tribunal de Commerce de Clermont-Ferrand aura à choisir le modèle de poursuite d’un DIETAL, sous-traitant de produits et la perte du marché des OEM, ou d’un DIETAL, promoteur de production de haute Valeur Ajoutée sous sa marque et générateur de marge. La réponse est désormais attendue pour le 5 janvier 2021.

Contact presse : Marie-Luce Bozom 0615156320

Le soutien des clients au projet de reprise de DIETAL par les salariés dans le cadre d’une SCOP