Blog à lulu

Le Grain de sel de Phoebus #3 – L’après 11 mai 2020 : Entre incertitudes et adaptations

Posté le : 22/04/2020

Au-delà du risque sanitaire réel du Covid-19, l’économie, dans sa globalité, est fortement impactée suite à l’importante baisse d’activité que connait le monde depuis la propagation de la pandémie. En passant au stade 3, le gouvernement français a mis en place sur l’ensemble du territoire un dispositif de confinement. Après avoir tiré les rideaux de leurs établissements, la majorité des chefs d’entreprises s’interroge et s’inquiète sur leur situation économique mais s’engage en appliquant les mesures strictes pour atténuer la propagation du virus. Dans ce sens, l’équipe Phoebus veille, depuis le début de cette période difficile, sur la continuité de la communication mise en œuvre pour les clients de l’agence afin d’éviter toute rupture. En effet, malgré cette période troublée, il est primordial de continuer à conserver du lien. C’est dans cette optique que l’agence est toujours -voire encore plus- en alerte pour anticiper et comprendre comment les marques évoluent suite au confinement.

A l’issue de la première vague de l’épidémie en France, la majorité des Français (79%) étaient inquiets au même degré pour leur santé et leur situation économique. (Source : Baromètre Covid-19 – l’étude mondiale sur les attitudes des consommateurs élaborée par Kantar) La croissance de ce sentiment collectif ainsi que l’adaptation des comportements des consommateurs s’est manifestée principalement par une baisse significative des dépenses. En parallèle, contraints par le confinement, les consommateurs passent à une surconsommation des médias dans lesquels les investissements en publicité baissent. Cependant, les implications des marques vont vers les attentes clients, dont la contribution à l’effort collectif. Une analyse de 354 marques lors de la récession de 2008 avait d’ailleurs montré que les marques qui avaient réduit leur pression médiatique étaient beaucoup plus susceptibles de subir une perte de part de marché. (Source : Peter Field, “Marketing in a downturn”, Market Leader, 2008) C’est dans ce sens que l’investissement média est essentiel pour préserver ces parts.

Bien que les dépenses baissent pendant cette crise mondiale, certains secteurs ont connu une croissance remarquable notamment celui de la grande consommation qui a augmenté, plus 20% en France. (Source : Baromètre Covid-19 – l’étude mondiale sur les attitudes des consommateurs élaborée par Kantar) Cette évolution s’explique principalement par le transfert du hors domicile vers la consommation à domicile. Depuis le début de cette crise, il a été constaté un phénomène d’achat de stockage dans lequel les habitudes et les critères d’achat des français changent. L’habitude devient donc le premier critère de choix depuis le début de la pandémie et les enseignes de proximité et le online sont désormais privilégiés.

En pleine gestion de cette pandémie, l’enjeu est de taille pour la grande distribution, les industriels et tous les autres secteurs d’activité. Il s’agit de rester à l’écoute des préoccupations actuelles de la cible et de s’adapter aux tendances pour répondre au mieux aux nouvelles attentes. Sur les réseaux sociaux, on note le retour en force du cooking, du sport à domicile ou encore, de l’apéro virtuel. La communication RSE est également efficace pour renouer le lien de confiance avec le client. Il ne faut donc pas hésiter à mettre en avant les différentes actions sociales et environnementales pour se rapprocher de sa communauté. En ce sens, il faut donc rester connecté et adapter sa stratégie marketing aux comportements pour anticiper au mieux la sortie de crise. Le SEO (référencement naturel) est évidemment le premier canal à ne pas négliger pendant cette période. Il constitue d’ailleurs le canal le plus performant, en 2019, pour 66% des sondés. Il est suivi par le SEA (campagnes Google Ads) et l’emailing, tous deux à 50%. Cela atteste qu’en cette dure période, il ne faut pas relâcher ses efforts en matière de référencement ; sans oublier l’investissement dans les réseaux sociaux qui s’avère un levier de développement.

La crise du Covid-19 a amplifié trois tendances majeures. Dans un premier temps, la notion du collectif a évolué. Aujourd’hui, 88% des français se disent préoccupés par la santé des personnes vivant en France. C’est pourquoi il est important de participer à l’effort collectif et de projeter un avenir positif à travers ses différents canaux de communication. Ensuite, face à cette crise, les consommateurs valorisent le rôle sociétal des marques qui se manifeste dans les actions d’aide et de soutien. Les marques doivent se montrer utiles aussi bien pour les individus que pour la société. Enfin, pour apporter une réponse aux tensions sociétales actuelles, l’adaptation est la clé. En effet, les marques doivent créer des expériences digitales riches et variées pour tisser des liens avec une nouvelle cible. Demain, les gens se souviendront des marques qui ont joué un rôle utile pendant cette crise sanitaire mondiale.

Le Grain de sel de Phoebus #3 – L’après 11 mai 2020 : Entre incertitudes et adaptations