Blog à lulu

[Le grain de sel de Phoebus #2] – Le freemium, un nouveau business ?

Posté le : 28/03/2019

Qu’est-ce que le Freemium ? Le freemium provient de la contraction des mots anglais « free » (gratuit) et « premium » (service payant haut de gamme). Le but de ce modèle économique est de faire adhérer les clients au service gratuit pour, par la suite, les rediriger vers des services payants et les convertir à un contenu réservé premium. C’est un modèle récent qui convient surtout aux entreprises du net car il faut pouvoir mobiliser un grand nombre d’utilisateurs « gratuits » pour ensuite les convertir en internautes « payants ».

Le freemium, d’accord, mais comment ça marche ? Il faut réussir à séduire le client avec l’offre gratuite qui comporte certaines restrictions. Il existe plusieurs niveaux de restrictions. On peut limiter l’application à certaines fonctionnalités ou jouer sur le temps d’utilisation de l’application, limiter le nombre de copies etc… Toutes ces restrictions ont pour but de faire en sorte que le client bascule dans l’offre premium de votre application ou logiciel. Il faut aussi inciter le client à partager sur les réseaux sociaux, son expérience sur l’application afin d’attirer d’autres clients potentiels et ainsi élargir votre portefeuille client.

Mais qu’est-ce qui peut les faire adhérer à la partie premium ? A votre avis, qu’est-ce qu’il y a de plus embêtant, sur internet, lorsque vous regardez une série ou écoutez de la musique ? Eh bien ce sont les pubs qui apparaissent au milieu et qui vous coupent dans votre lancée pour rattraper le retard que vous avez sur vos collègues sur Game of Thrones, avant le début de la prochaine saison. Pour les utilisateurs, c’est une perte de temps et c’est agaçant. Voilà de quoi les faire se convertir à votre version « premium », en leur promettant de ne plus avoir de pubs pendant leur visionnage.

Ce modèle comporte-t-il des risques pour les entreprises ? Evidemment, ce modèle n’est pas sans risques, dont il faut prendre la mesure si l’on ne veut pas se retrouver le bec dans l’eau.
Tout d’abord, il est difficile pour une application dite « free » passer à un modèle « freemium » car les utilisateurs ne sont pas habitués à payer pour un service et risquent de ne pas beaucoup l’accepter.
Ce modèle peut aussi affecter votre image de marque. Il ne faut pas oublier que la plupart des utilisateurs refusent d’accéder à la fonction « premium » pour seulement quelques fonctionnalités supplémentaires. Vous risquez de retrouver, en commentaire de votre application, beaucoup de personnes qui vont se plaindre de pubs parce qu’ils n’ont pas souhaité accéder à la version supérieure. Ces commentaires risquent d’être majoritaires et votre application risque d’en pâtir.
Pour finir, les freenautes (personnes qui ne souhaitent pas payer pour des services supplémentaires sur internet), risquent d’engendrer certains coûts qui ne pourront pas être supportés par l’utilisateur premium. 

Pour finir, un exemple de modèle dont le freemium fonctionne à merveille ? Les applications de rencontre ! Avec non seulement une communication légère et décalée, mais également un modèle avec de nombreuses fonctionnalités gratuites qui permet à un grand nombre d’utilisateurs de profiter de la plateforme sans avoir à payer. Si d’autres fonctionnalités plus avancées sont payantes,  les publicités, auxquelles tous les utilisateurs ont accès, compensent largement les « pertes » générées par ceux qui ne passent pas aux fonctionnalités premium.

Alors, le Freemium, un pari gagnant, et un modèle à suivre pour 2019 !

#legraindeseldephoebus #communication #web #reseauxsociaux #bonnespratiques #tendances #2019

Sources :
http://www.dynamique-mag.com/article/freemium-nouveau-business-model.4834
https://www.my-business-plan.fr/modele-freemium
https://wydden.com/business-model-freemium-2/
https://mondedulivre.hypotheses.org/6510
https://www.markentive.fr/blog/le-freemium-un-business-model-convoite-par-les-entrepreneurs/

[Le grain de sel de Phoebus #2] – Le freemium, un nouveau business ?